Lycée ALAIN-FOURNIER - BOURGES
site du ministere
logo académique
Publié : 4 mai

Delphine Vaute - In honored Dust - du 05 mars au 05 avril 2019


LATRANSVERSALE, espace d’exposition et de rencontre du lycée Alain-Fournier de Bourges, accueille l’exposition de  Delphine Vaute, In honored Dust, sur une proposition d’Emmanuel Ygouf, du 06 mars au 05 avril 2019. Vernissage mardi 05 mars à 18h.



Deuxième exposition du cycle L’inquiétante enfanceté traitant des représentations adultes de l’enfance et de ses ambivalences, Delphine Vaute explore dans In honored Dust cet âge de la vie partagé entre identité et corps en construction, démons intérieurs et mondes fantasmés. Le titre de l’exposition de Delphine Vaute à la Transversale, empruntant un fragment de vers à un poème d’Emily Dickinson*, évoque pour l’artiste les "poussières" de l’enfance, souvenirs infimes et indicibles que l’on garde précieusement au fond de soi toute sa vie.



Face à la réalité parfois violente de cette société adulte qui entoure et accueille l’enfant, il est dit que celui-ci se réfugie dans un univers imaginaire qui lui permet de transcender ce réel incompréhensible et si peu attrayant, de se métamorphoser sans cesse pour échapper à ce monde fini et déceptif des formes adultes. L’enfant y développe alors petites histoires chuchotées, dialogues imaginaires et jeux de proximité et de transfère d’avec les éléments et les êtres qui peuplent le monde animal, si proche du féérique.


La puissance émotionnelle et évocatrice qui se dégage des dessins et peintures de Delphine Vaute entraîne le spectateur dans une traversée de ces archétypes généralement associés aux imaginaires de l’enfance, de ses rêves d’hybridations animales et de transformations qui revisitent les mythologies à la fois fondatrices et individuelles.



De ce macrocosme poétique et rêvé de l’enfance où s’énonce un sens du merveilleux et une fantaisie transformatrice débridée, émane cependant une part plus étrange et sombre, nourrie de peurs, de cruauté et de désirs, déclenchant ce sentiment d’étrangeté face à un langage enfantin et à une pensée magique qui échappent, à présent, à notre compréhension.


Son travail d’édition (le roman graphique Yvonne, l’enfant château, 2014, aux éditions Vide Cocagne, et le livre illustré, à destination du public jeunesse, Margot, 2013, sur un texte de Fanny Robin, aux éditions de l’Atelier du Poisson Soluble) sera aussi présenté durant l’exposition.


* The Butterfly in honored Dust, Emily Dickinson (1830-1886), non daté


 


J’ai grandi sur les bords de la Loire, à observer la nature et rêver.


Ses longs étés angevins dans mon jardin ont nourri mon imagination et sont
sûrement à la genèse de certains projets graphiques.


D’Angers où j’ai fais mes études aux Beaux-Arts, je suis descendue le long du
fleuve jusqu’à Nantes où je vis depuis plusieurs années.


 Des vitrines du muséum d’Histoire Naturelle à la poussière de vieux
greniers, je puise d’anciens visuels, qu’ils soient au centre de mon
sujet ou juste utilisés comme vecteur d’idées et de sens.


 Mes dessins ont voyagé le long d’une ligne de tramway (La Tram’ du Temps),
sur les murs du Château des Ducs de Bretagne (Ysabeau, le jardin des
songes) et à Maison Fumetti (le Grand Bédécédaire) à Nantes, sur le
tracé de la Voie Verte du Blanc dans des galeries asiatiques (Tokyo et
Hong-Kong) et françaises (3E Parallèle, Le Rayon Vert...),


Ils ont illustré des bières canadiennes et du vin français, des revues
culinaires (180°C), la presse locales (Les Autres possibles, Kostar) et
un roman graphique (Yvonne, l’Enfant Château aux éditions Vide Cocagne).


 Que se soit sur toile, porcelaine, métal ou papier, le trait reste au centre de mes recherches.


  Delphine Vaute