Lycée ALAIN-FOURNIER - BOURGES
site du ministere
logo académique
Publié : 13 septembre

PELOUSE INTERDITE Camille Cathudal & David Supper Magnou


Troisième exposition du cycle de L’inquiétante enfanceté à la Transversale, Pelouse interdite de Camille Cathudal et David Supper Magnou (du 25 septembre au 21 novembre 2019) prolonge ce regard porté par les artistes sur les puissantes ambivalences de la perception du monde de l’enfance par les adultes.


Imaginée comme une expérience initiatique, ouverte et ludique, cette exposition aborde l’enfance non comme un thème ou un sujet d’étude à déconstruire, mais comme un espace de projection des archétypes généralement associés aux imaginaires de l’enfance et confrontés aux représentations et codifications dominantes de la société des adultes, que Camille Cathudal et David Supper Magnou nous invitent donc à traverser.


Avec Pelouse interdite, l’exploration du temps de l’enfance et de l’innocence est l’occasion de mettre en scène des représentations ludiques et transgressives vis-à-vis des principes de réalité, injonctions et oppressions qui encadrent et jugulent le développement des possibles, la réalisation des rêves, comme la construction des individus, des identités et des genres, dans un territoire clos où les imaginaires, les désirs, les pulsions, autant que les hontes et les peurs, sont expulsés.


Le théâtre de l’enfance est présenté ici comme une salle de jeux : l’endroit idéal pour interroger les impossibilités physiques et matérielles, les déterminations sexuelles, les normes et les codes — et leur transgression.


L’exposition orchestre donc ces rapports de forces — bien qu’aucune figure de l’autorité n’y soit représentée — dans le contre-espace imaginatif de l’enfance.


Il s’agit alors, pour le spectateur, de retrouver la situation d’étrangeté éprouvée, enfant, face au langage de l’injonction, du plausible ou, au contraire, de l’interdit. La façon dont la découverte qu’il fait du monde à travers le jeu et l’imaginaire achoppe, non face à une impossibilité, mais à une incompréhension et à un refus d’une vision inhibée de l’âge adulte.


Documents joints